01 décembre 2007

Second Life : une décevante Bourse virtuelle

J’observe activement ce qui se passe sur le World Stock Exchange (WSE) depuis sa création - et même avant celle-ci puisque je possédais déjà des actions de son ancêtre, le World Currency Exchange. J’ai suivi toutes les évolutions, tous les changements de directions, toutes les péripéties, tous les problèmes techniques et toutes les erreurs du WSE depuis plus de 10 mois. Ainsi que les faillites frauduleuses de certains prétendus entrepreneurs…

Pour moi, il ne fait pas de doute que les Bourses virtuelles constituent des dispositifs précurseurs pour le développement de la micro-entreprise. L’idée du WSE est (était) excellente, mais…

Il y a d'abord des facteurs d'environnement. Par exemple, une part de plus en plus importante des transactions commerciales liées à Second Life échappe totalement à son économie, et ne s’effectue pas en Linden Dollars mais directement dans d’autres devises (SL Exchange, B2B, etc.). Ensuite, il y a le Linden Dollar lui-même dont le cours est de fait indexé sur le Dollar US, en pleine dégringolade, alors que seulement 35% des résidents proviennent des USA. De cela il résulte que, si l’économie de Second Life est en fort développement, celle du monde "Linden Dollar" est moins impressionnante. Second Life procède d’une vision géniale mais la mise en œuvre de Linden Lab reste finalement celle de techniciens dont le Business Model est resté, à peu de choses près, celui d'hébergeurs de sites Internet…

Le plus important, néanmoins, c’est ce qui se passe avec le WSE. Là, deux événements récents lui ont porté un coup sérieux. Il ne s’agit pas de l’histoire de la banque Ginko dont ont abondamment parlé les médias. Il ne s’agit pas non plus de l’interdiction de certains jeux d’argent par Linden Lab. Ce sont : 1) le non paiement des intérêts de HCB (Hope Capital Bond) à échéance, ce qui entame fortement la crédibilité du management de Hope Capital (qui possède le WSE) ; et 2) ce qui ressemble bien à une fraude de la part de Chao Mu avec les titres THI et TGB ; et la façon dont cela s’est passé fait douter des principes de fonctionnement du WSE. Depuis quelques semaines, la confiance des investisseurs a disparu et le volume de transactions est devenu très faible.

Heureusement, d’autres Bourses virtuelles viennent de démarrer. Je suis plus particulièrement deux d’entre elles : le Virtual Stock Exchange (VSTEX) et l’Ancapistan Capital Exchange (ANCAPEX). Alors que le WSE tient un discours "ludique", VSTEX s’appuie sur un modèle "communautaire" et ANCAPEX adopte une approche résolument "professionnelle". Je leur souhaite bonne chance à toutes les deux, car elles ont les moyens de réussir. Néanmoins, je pense que le vrai succès d’une Bourse virtuelle passera par une économie maîtrisée. Je ne sais pas si IntLibber Brautigan (ANCAPEX) est conscient de cet état de fait quand il indique vouloir créer son propre pays virtuel ("Extropia Grid") mais c’est effectivement une possibilité.

1 commentaire:

tibo a dit…

Et bah il faut jouer à goldenboys.fr !
Ca c'est de la bonne bourse virtuelle !